Kliever (1995): « La fiabilité du témoignage d’un apostat à propos des nouveaux mouvements religieux »

Référence : L. D. Kliever, La fiabilité du témoignage d’un apostat à propos des nouveaux mouvements religieux, Freedom Publishing, Los Angeles, 1995, 8 p.

 

Ce texte a été publié par l’Eglise de Scientologie, qui avait commandé au philosophe Lonnie D. Kliever d’établir qu’elles sont « 1. L’incidence de l’apostasie sur les nouveaux mouvements religieux. 2. La fiabilité des récits que les apostats font de leurs précédentes croyances et pratiques religieuses » (p.2). Avant toute chose, rappelons que  « l’apostasie est une dénonciation et une condamnation publiques d’anciennes croyances et pratiques religieuses » (p.3).

L’auteur part du constat que « les apostats sont souvent considérés comme des sources fiables d’informations […], en particulier pour les médias et même pour des études universitaires » (p.2). Historiquement, ce sont les premiers à avoir été sollicités, à défaut d’accéder directement ou par les membres effectifs, aux informations et activités propres à chaque mouvement. Ils ont acquis, malgré leur retrait, un statut de « témoins-experts ». Pour L. D. Kliever, « l’apostat ne devrait pas être accepté sans critiques, par les médias, la communauté universitaire, le système juridique et les diverses administrations comme source fiable d’informations sur les nouveaux mouvements religieux. L’apostat doit toujours être regardé comme un individu prédisposé à faire des récits tendencieux [sic] sur ses activités et associations religieuses passées » (p.3). Il ajoute même plus loin : « ni un ancien membre restant discret même s’il se retire, ni l’apostat verbalement agressif ne peuvent être considérés comme des interprètes objectifs et sérieux des mouvements auxquels ils ont appartenu » (p.5).

Pour mieux comprendre sa position particulièrement radicale, nous remontons le temps avec l’A, lequel montre comment à travers l’histoire, « l’apostasie est étroitement liée à l’hérésie » (p.3). L. D. Kliever évoque d’abord l’abandon du Judaïsme hellénique, alors qu’à l’époque, « l’apostasie était considérée comme un crime contre l’Etat et comme un péché contre Dieu. Le salut et la citoyenneté étaient refusés à l’apostat » (p.3). Il cite également les religions polythéistes et l’Eglise chrétienne. Au 16ème siècle, lorsque s’engageait la Réforme Protestante, différentes sectes qui s’affirmaient la plus authentique, s’accusaient mutuellement d’apostasie et multipliaient les sanctions à l’égard de leurs membres : excommunication, déshéritage, censure et bannissement. Ainsi, « la condamnation des apostats fut utilisée, dans le passé, comme ‘stratégie de légitimation’ pour toute religion déclarant être la seule et unique religion possédant des croyances et pratiques justes » (p.4). Mais avec la modernité et le retrait de la religion dans la sphère privée, l’apostasie s’est adoucie.

Depuis les années 1960, concomitamment à l’apparition de nouveaux mouvements religieux, le fait social (divers ?) s’est inscrit dans l’actualité. Nourrissant « un public à la fois curieux et peureux au regard de ces nouveaux mouvements religieux, les apostats sont [aujourd’hui] plus souvent traités comme des causes célèbres que comme des parias » (p.5). Rejoignant les travaux de J. A. Beckford et de S. A. Wright, l’A. considère qu’il existe deux types d’apostasie. Le premier, et le plus rare d’après l’A., concerne la situation d’un membre victime de son adhésion, dont on a dit qu’il a subi un « lavage de cerveau » et qu’il fut récupéré de force par sa famille. Le second, et le plus important en nombre bien qu’invisible dans les médias, est le retrait volontaire. Souvent accompagné d’un récit positif de l’adhésion religieuse, le choix de partir s’origine dans quelques déceptions ou attentes non advenues. Parmi les « volontaires », l’A. reconnaît que certains nourrissent une amertume critique envers leur ancienne religion. Il compare cette situation à un divorce, parce que « le mariage et la religion impliquent tous deux un degré significatif d’engagement » (p.7), et considère que dans ces deux situations, l’individu requiert un bouc-émissaire auquel attribuer son échec, avec parfois l’emphase d’invoquer – pour les sectes – le « lavage de cerveau ».

L. D. Kliever rappelle que l’apostasie n’est qu’une étape dans le processus de désaffiliation, qui révèle en creux une nécessaire traduction du passé, une réaffiliation à une vision du monde, principalement transmise et consolidée par la famille et les associations antisectes. Alors que l’argument du « lavage de cerveau » continue son effet rationnalisant, « de nombreux sociologues ont remarqué combien les récits des ‘survivants des sectes’ étaient conventionnels et trahissaient l’influence de scénarios de capacité et de libération empruntés – chacun racontant un récit stéréotypé d’isolation sociale, de manipulation émotionnelle, de privations physiques, d’exploitation économique et d’hypnotisme » (p.7). « Ces récits servent à la fois à excuser l’apostat mais aussi à accuser la nouvelle religion de croyances irrationnelles et de comportement immoral. Ils alimentent et déforment également la compréhension que l’opinion publique a des nouveaux mouvements religieux en faisant croire que ces mouvements sont des menaces pour la liberté de religion et l’ordre public » (p.7). Nul besoin de s’affilier à une association antisecte pour adhérer à une représentation négative des « nouvelles religions ».

En conclusion, pour l’A., la majorité des apostats ne manifestent aucune animosité envers leur ancienne religion, seule une infimité s’engage pour la détruire. Bien que l’argument soit attrayant (car proche de mon expérience), on regrettera que L. D. Kliever ne recourt à aucune statistique qui attesterait ses dires, et convaincrait son lecteur. Si pour l’A. les « apostats agressifs » ne visent qu’à noircir leur expérience, il persiste : « même les récits des apostats volontaires qui ne gardent aucune rancune à l’égard de leurs anciens mouvements doivent être utilisés avec précaution car ils interprètent leur expérience religieuse passée à la lumière de leurs efforts présents à rétablir leur propre identitié [sic] et leur propre estime d’eux-mêmes. En bref, à la lumière de cela, les apostats des nouvelles religions ne réunissent pas les critères d’objectivité personnelle, de compétence professionnelle et de compréhension éclairée qui devraient être attendues de témoins compétents » (p.8). On comprend alors, et au-delà des critères d’éligibilité qui n’emportent pas mon assentiment, que la qualité d’un informateur dépend, selon l’A., de sa place dans ou hors la dite religion.


Guillaume Roucoux

Doctorant à l'EPHE/Paris 8, membre des laboratoires GSRL/LabTop/CEFEG

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *