Archives du mot-clé réponse

Les « sectes », du chocolat?

Réponse au billet d’Arnaud Palisson, « Le sectes, c’est comme une boite de chocolats », in Rapports minoritaires, 05/08/15, http://rapports-minoritaires.net/2015/08/05/sectes-comme-une-boite-de-chocolats/#more-6247

Cher monsieur,

Je me réjouis de savoir que mon travail vous intéresse au point de valoir la peine d’un aussi long billet sur votre blog. Je vous remercie d’avoir pris autant de soin à découper et à interpréter l’entretien que j’ai accordé à David Christoffel pour son émission « Radio Thésards », en janvier dernier, soit il y a à peu près 8 mois maintenant, ce qui m’a laissé assez de temps pour approfondir mes recherches. Je me permets de prendre autant de temps et de soin que vous, à vous répondre ici (en copie sur mon propre blog), car votre lecture/écoute de mon travail (réduit à 20 minutes et orienté sur son aspect méthodologique uniquement), mérite quelques éclaircissements. En outre je ne voudrais pas non plus que des gens découvrent mon travail à travers votre propre filtre socio-cognitif (pour ne pas dire votre distorsion rhétorique), plutôt que d’aller puiser à la source même; comme la plupart des gens découvrent les « sectes » par le biais – je dis bien le biais, au sens péjoratif de détour – de plusieurs histoires désastreuses rapportées par les médias.

Il faut déjà savoir, et je trouve dommage que vous n’ayez pas poussé vos recherches un peu plus loin, que l’expression « selon une récente thèse » me paraît prématurée, dans la mesure où la thèse dont vous parlez n’a ni encore été déposée, ni même été « rédigée »; alors que vous supposez que c’est le cas. Vos lecteurs comprendront mieux pourquoi vous n’avez pas pu la lire. Je n’ai donc pas non plus d’« aboutissants » à annoncer pour le moment. Cependant, il est ensuite vrai que ma thèse – ma « problématique » conviendrait mieux ici – repose bien sur l’idée défendue par les membres eux/elles-mêmes que les mouvements auxquels ils/elles adhèrent améliorent leur vie. C’est l’idée que j’ai voulu tester. En effet, mon étude cherche à comprendre comment ce processus d’amélioration de la vie des membres se réalise concrètement, qu’est-ce que ces individus veulent dire par « être plus heureux » ou « libres » et quels sont les effets observables et entendables de cette amélioration, de ce « bonheur », de cette « liberté » dans leurs relations amoureuses, professionnelles et sociales spécifiquement, alors qu’ils/elles participent de mouvements réputés produire l’exact opposé. Je récuse totalement votre propos selon lequel « Le doctorant entend prouver que l’Église de scientologie et le Mouvement raëlien ne sont pas néfastes », qui est caricatural. Votre vision dualiste-« janus-iste » du monde (si ce n’est pas noir, c’est forcément blanc) vous fait mentir et tenir un discours qui n’est pas le mien. Pour être plus clair, je crois que la thèse du « bonheur dans les ‘sectes’ » fonctionne pour des catégories de personnes, mais échoue aussi pour d’autres. Les déçu-e-s ou « victimes » des « sectes » ont souvent (eu) l’occasion d’expliquer leur parcours et son terme. C’est une très bonne chose pour eux/elles. Mais au contraire, les gens que je rencontre – des « sans-voix », membres depuis plus de 10 ans, certain-e-s jusqu’à presque 40 ans, qui ne sont généralement pas porte-parole – n’ont jamais été considéré-e-s comme source d’étude jusqu’à présent. Par ailleurs, il n’est en rien question de « défendre » qui que ce soit. Mes maigres connaissances de l’Eglise de Scientologie et du Mouvement Raëlien me permettent d’affirmer aujourd’hui qu’ils sont suffisamment dotés pour se défendre eux-mêmes.

Vous annoncez que j’ai « étudié ces deux mouvements de l’intérieur, en vivant ouvertement au sein de leur communauté d’adeptes durant plusieurs semaines. ». Or de rapides recherches sur Internet et plus particulièrement sur mon blog et mon CV universitaires vous auraient informé que ma thèse a débuté en 2012, que je travaille sur le Mouvement Raëlien depuis le printemps 2011 et le printemps 2012 pour l’Eglise de Scientologie (avant mon inscription donc). Si vous aimez tant les nuances, laissez-moi vous dire que mes recherches se mesurent en années et non en semaines.

Vous entrez ensuite dans la discussion méthodologique, mais d’ores et déjà, vous apprendrez que toute recherche comporte des biais méthodologiques (et idéologiques) – même en « sciences dures » vers lesquelles semble aller votre préférence -, et la mienne ne fait pas exception. Votre propos révèle votre naïveté dans ce domaine. Le problème n’est donc pas le biais, mais le fait de ne pas le voir et d’annoncer des résultats sans en avoir pris conscience. Une étape à laquelle je ne suis pas encore rendu, mais c’est une réflexion qui me suit tous les jours. Et je vous remercie de tenter d’y contribuer. Puis dans la même veine, vous évaluez mon incapacité à la « neutralité » ou à « l’objectivité ». Malheureusement pour vous, je fais partie de ces chercheurs et chercheuses qui ne croient plus en – et ne se cachent plus derrière – « l’objectivité », mais qui sont fort conscient-e-s de travailler depuis un « point de vue situé ». En fait, rarissimes sont encore celles et ceux (que je cotoie) à croire pouvoir développer un point de vue externe au champ social, comme si on pouvait regarder des gens évoluer dans un zoo sans qu’ils/elles ne nous regardent en retour et sans y participer aussi finalement. Ce qui invite à assumer pleinement les conséquences de sa posture dans le recueil des matériaux, l’analyse et l’écriture scientifiques; contrairement à ce qui se faisait auparavant. Je vous invite à découvrir par vous-même ce débat épistémologique qui a cours depuis les années 1970, sur lequel je ne m’étendrai pas ici.

Vous évoquez ensuite le fait que je me « gaussais » des remarques de plusieurs de mes collègues. Je maintiens que ces remarques étaient grotesques (le « lavage de cerveau »…). Je dirais même qu’elles sont du niveau (non scientifique) de votre très rapide analogie des « sectes » avec la mafia. Je ne pourrai pas vous dire combien de comparaisons j’ai entendues des « sectes » avec le Front National. La génération passée évoquait plus souvent le nazisme, comme vous le savez. Une analogie usée jusqu’à la corde, qu’il faut bien remplacer. Cette rhétorique est hautement problématique en soi, surtout lorsqu’elle se base sur des a priori, une absence cruelle de connaissance empirique de première main des deux mouvements concernés, comme c’est toujours le cas avec les collègues en question. Mais peut-être êtes-vous mieux placé pour comparer la mafia et les « sectes » ? Avez-vous cotoyé des membres de la mafia pendant plusieurs années? Quelle a été votre méthode de travail? Sachez seulement que pour vous faire valoir d’une expertise (ou d’une scientificité) à mes yeux et à ceux de nombre de mes pair-e-s, vous devrez expliquer et justifier vos postulats comparatifs, ce que vous ne faîtes pas ici. Sans ça, c’est de la discussion de comptoir, sans fondement.

Vous dîtes, et cela m’étonne encore, qu’« il a estimé qu’il n’avait aucune raison de se méfier d’eux », car ce n’est pas ce que j’entendais, ni ce que je continue de penser. Je reviens d’abord sur la méthodologie qui au coeur du sujet. Je défends le point de vue selon lequel la sombre notoriété de ces mouvements ne doit pas autoriser les chercheurs et chercheuses à avoir une attitude différente (pour ne pas dire irrepesctueuse) à leur égard, comparativement un groupe social mieux perçu. Et cela, tout simplement parce que la sociologie telle que je la pratique se base sur une des Règles de la méthode édictées par Emile Durkheim (1894), selon laquelle nous devons en début de toute recherche nous prémunir de nos prénotions. C’est un exercice difficile (le travail de nombreux chercheurs et autant de chercheuses en témoigne, dont celui de plusieurs collègues qui se sont penché-e-s sur les « sectes »), mais il n’est pas impossible. En tout cas, rien ni même une controverse, des procès et des exactions averrées ne doivent autoriser un-e sociologue à passer cette règle. Non loin de ça, vous parlez de « confiance aveugle », là où j’entends autorité des sources et compréhension. Mon travail repose sur des sources de première main uniquement (et je considère que les ex-membres n’en sont plus, que les documents scientologues plus ou moins obsolètes qui circulent sur Internet et le piètre travail des journalistes connu à ce jour n’ont pas cette autorité empirique). En outre, je cherche à comprendre des gens bien précis (celles et ceux qui persévèrent), leur propre logique sociale ou la logique de leur parcours et donc de leur dit « bonheur » ou de leur dite « liberté ». De même quand vous affirmez que « Refuser d’envisager que les adeptes puissent mentir est aussi aberrant que de refuser l’idée qu’ils puissent dire la vérité. » trahit encore une fois ma pensée. Cela revient à l’idée que j’évoquais plus tôt sur les prénotions, mais aussi au fait que les discours ne sont jamais ni toujours vrais, ni toujours faux. Je me référais ici à mes collègues et au fait qu’ils et elles déterminaient cette qualité de véracité/fausseté des discours à la notoriété d’une personne et/ou d’un groupe (avant même de l’avoir écouté-e), ce qui me semble aussi problématique. Je ne peux pas vous dire combien de données factuelles ou historiques erronées j’ai entendues et rectifiées, mais je peux vous apprendre, à votre grand regret, que mon travail ne consiste pas à « faire la vérité » sur quoi que ce soit. Je ne suis ni policier, ni juriste, ni avocat, ni journaliste justicier, et à ce titre mon travail n’a jamais été non plus de me concentrer sur des exactions. Il est vrai que j’ai pu observer sur plusieurs années des pratiques qui faisaient écho à celles qui avaient été reprochées à ces individus, comme si des lignes de conduite avaient été mises en place pour que cela n’arrive pas (ou plus). De fait, et pour tout ce que j’ai dit jusque là, votre propos suivant : « Dès lors, pour lui, la preuve est faite : l’Église de scientologie et le Mouvement raëlien sont des groupes religieux parfaitement inoffensifs » est une autre caricature. Mes années de recherche me permettent aujourd’hui de mettre en doute les raisons d’une panique sociale les entourant, mais il n’a jamais été question dans mon travail de statuer sur l’inoffensivité d’un groupe. Encore une fois, il s’agit de comprendre une logique sociale qui concerne certains individus. En outre, je ne me suis pas saisi de cette question des exactions car mon intérêt et ma formation ne s’y prêtent pas. D’ailleurs le terme de « preuve » (que j’évite le plus possible, de même que « délinquants » qui n’a aucune valeur scientifique et relève du jugement axiologique) souligne bien votre orientation judiciaire, qui n’a rien à voir avec mon orientation scientifique. Ce qui vous conduit à me prêter une « confusion entre mouvement et adeptes » dans laquelle je ne me reconnais pas non plus. Bien au contraire, j’ai tendance à me rappeler et à rappeler à mes interlocuteur-ice-s que les exactions sont toujours l’oeuvre d’individu(s) et non de « l’entité groupale » (pour reprendre un jargon psychologisant).

Puis, vous revenez sur mes propres expériences. Au moment de cette émission, j’avais effectivement reçu une audition, mais depuis lors, j’en ai reçu près d’une centaine d’heures (de l’audition de Dianétique plus précisément), ce qui m’a permis de mieux comprendre comment cette pratique centrale à l’Eglise de Scientologie est mise en place et « fonctionne ». De fait, votre idée selon laquelle toute personne qui veut se faire auditer doit avant tout procéder au Programme de Purification n’est pas vraie au regard des pratiques que j’ai observées et entendues. Les requérant-e-s peuvent être audité-e-s en Dianétique (sans électromètre, comme je l’ai fait) et aussi recevoir des auditions à l’électromètre pour des problèmes très précis sans être encore passé-e-s par ce Programme de Purification. Pour le moment il est vrai que je n’ai pas « suivi » de Programme de Purification, ni « subi » [sic] les autres services que vous évoquez. Mais mon travail de recherche en immersion n’implique pas que je monte tout le « Pont vers la Liberté Totale » (ou que je remplace Raël tant qu’on y est). Si j’ai supposément confondu « mouvement » et « membres » comme vous l’affirmez, vous confondez vraisemblablement « sociologue » et « scientologue », ou « raëlien » d’ailleurs. Encore une fois, mon travail ne consiste pas à tester le jeûne ou la méditation. Je ne considère pas mon propre parcours comme un étalon pour analyser celui des autres. Je suis sociologue, je teste des hypothèses. Et en tant que tel mon travail consiste à décrire et à analyser les gestes et les discours qui entourent des pratiques. J’aurais tout à fait pu me passer de m’y essayer (c’est pourquoi je n’ai que rarement fait ces exercices), mais c’est une manière de montrer aux raëlien-ne-s et aux scientologues que je n’ai pas de prénotions à leur sujet. Et à plus forte raison, j’ai appris des choses très intéressantes à titre personnel en tentant certaines expériences et en partageant leur quotidien (l’anecdote du savon, parmi d’autres), dans le cadre des limites que je me suis données et que j’ai évoquées.

A vous lire, je comprends aussi que vous ne connaissez pas bien non plus les raëliens. Certes la sexualité est importante dans leur philosophie, mais cette importance est loin d’être celle que vous fantasmez. Concernant les bracelets (un système de reconnaissance utilisé ailleurs que dans le Mouvement), là aussi vos termes sont mal choisis. Vous dites que l’individu « doit » en porter, or ce n’est pas une obligation. Et l’observation sociologique (faite à trois séminaires européens, d’une dizaine de jours) permet de se rendre compte que la plupart des participant-e-s n’en portent aucun (j’évaluerai ces individus à 40%). En réalité, ces bracelets sont principalement destinés aux nouveaux et nouvelles venu-e-s afin de faciliter les rencontres et les refus de rencontres.

Vous revenez enfin sur l’audition, et votre propos regagne mon intérêt – bien que la fraudre n’est pas du tout centrale dans mes recherches, je ne suis pas doctorant en droit et que je ne me concentre pas non plus sur la « controverse des sectes » –, car j’aimerais bien savoir quelle est cette « façon frauduleuse dont on présente l’audition », en termes descriptifs (« objectifs » si vous préférez). Déjà, de quel type d’audition parlez-vous? Existe-t-il une seule manière de la présenter? Qui dit quoi à qui et en quelles circonstances? En quels termes? Après ou avant un autre service? Lequel d’ailleurs? A quel moment dans le parcours? Combien de ces présentations avez-vous observées et comparées? Nous aurions aussi à discuter sur ce point, mais vous auriez l’avantage de mieux connaître le droit français que moi (et moi, je crois, le terrain que vous).

Enfin pour répondre à votre « scepticisme », j’ai effectivement été « menacé » (ou plutôt ma carrière l’a été), notamment au moment de mon inscription en thèse, parce que mes questionnaires devaient être distribués par Internet et que l’on m’a prétexté que ce moyen ne convenait pas parce que mes informateur-ice-s « mentiraient » (on m’a aussi invité à porter un micro caché dans ma veste… ce que j’ai bien sûr refusé; ce qui en dit encore long sur les prénotions de mes collègues). J’ai donc modifié mon protocole à la marge sur ce point pour entrer en doctorat. Mon futur statut de sociologue officiel/diplômé a été « menacé » aussi parce que je ne me référais pas à un célèbre chercheur français, que mon corpus théorique est hétérodoxe, et que ma thèse, de par son objet et son objectif, ressemble (de très loin!) à une autre thèse, célèbre pour ses positions épistémologiques extravagantes qui ne sont pas du tout les miennes. Mais rassurez-vous, ces « menaces » n’existent plus.

Au final, vous aurez compris que je ne cherche pas du tout à mettre qui que ce soit « en état de choc ». Et vous me saurez ravi de ne pas vous y avoir mis. Je ne fais pas de journalisme à sensation, encore moins la police, ma raison m’en garde. Ceci étant, j’ose espérer vous avoir un peu éclairci non seulement mon projet de recherche mais aussi le métier de sociologue tel que je l’entends, car il me semble que vous avez de bien fausses (et/ou vieilles) représentations de celui-ci. Vous comprendrez aussi que je n’aime pas que l’on m’attribue des idées que ne sont pas les miennes et de caricaturer mon propos. En espérant que vous garderez votre sens de la nuance et du détail, mais aussi et surtout que vous ferez l’effort d’approfondir vos recherches avant de vous exprimer, de prêter plus attention à ce que vous dîtes et à la manière dont vous le dîtes. Votre travail n’en sera que de meilleure qualité et mieux apprécié.

Bien cordialement,
Guillaume Roucoux.