Archives du mot-clé récompense

Retour sur le questionnaire et lecture de « Définitions de Dianétique… »

14h. Puisque la personne auprès de laquelle je travaille habituellement était en vacances, j’avais rendez-vous à l’ASESIF aujourd’hui avec une autre scientologue chargée des relations publiques. Avant de se mettre au travail, nous avons pris le temps de faire le point – comme j’en ai l’habitude avec mon autre interlocutrice –, en commençant par parler de nos vacances respectives ! Puis, nous avons brièvement abordé la « reprise » de mon blog et les « cours » scientologues.

Nous avons ensuite parlé de mon questionnaire sur le profil social et scientologue des membres permanents de l’« org » (église), en raison d’un mot qui avait intrigué un responsable du « légal ». Cette situation me rappelle que toute étude sociologique (ou autre) s’inscrit dans un contexte, en l’occurrence de « lutte », qui a inévitablement des effets sur les recherches que nous menons et avec lesquels nous devons « jouer » et devant lesquels nous devons parfois nous plier in fine… A la place du mot problématique, mon interlocutrice m’en proposait un autre (suggéré par la personne du « légal ») : « X ecclésiale » ou « X ecclésiastique » (je ne sais plus), formulation destinée ad extra. J’ai refusé cette expression dans la mesure où l’adjectif ne convenait pas, à mon sens, à certains domaines sociaux que je voulais interroger, et pouvait générer de la confusion. Nous en sommes restés sur le principe de changer le mot problématique par celui dit « X » ici, sans adjectif, et de voir ce que la personne inquiétée en pensera. Je proposais que nous réfléchissions, les prochaines fois, ensemble avec la directrice de l’« org », les membres du « légal » et les responsables des « relations publiques », aux formulations des questionnaires soumis aux scientologues. Je me permettais de lui dire combien il me semblait nécessaire d’utiliser (dans mon étude) le vocabulaire hubbardien, d’abord parce qu’il est plus précis pour signifier l’idée qu’un-e scientologue souhaite exprimer, et parce que tout simplement, il me paraît difficile de leur refuser ce droit et cette liberté d’expression propre. L’idée d’une éventuellement réunion de concertation était accueillie positivement.

Ce « mot clarifié » (comme ils diraient), mon interlocutrice m’a demandé ce que je comptais faire aujourd’hui. Je lui répondais vouloir travailler sur un cycle de conférences consacré à « thêta », « Le Pouvoir de Thêta ». Sans perdre de temps, elle s’est éclipsée pour récupérer les matériaux à l’étage supérieur. J’ai profité de son absence pour demander à la personne chargée d’accueillir les gens venus récupérer les résultats de leur « test de personnalité », si elle pouvait me donner un « questionnaire » (sic). Elle me corrigeait aimablement et m’en donnait un… De retour avec le pack de conférences que je souhaitais découvrir, mon hôte m’a escorté au-sol où un bureau était laissé à ma disposition aujourd’hui. J’y avais travaillé pendant l’hiver, mais il avait changé d’ameublement. Il était plus spacieux, décoré de récompenses diverses et d’affiches illustrant différents combats scientologues, contre la drogue notamment.

14h34. J’ai commencé mon travail sur le texte de L. R. Hubbard, « Définitions de Dianétique, Scientologie et autres philosophies » (novembre 1952). Au cours de cette lecture, je fus confronté au mot « ridge » dont la définition m’échappait complètement. Désemparé de ne pouvoir la retrouver dans le glossaire de fin d’ouvrage, et dans l’important Manuel des Scientologues, je me suis enquis de mon hôte, qui est venue à mon aide avec un « dictionnaire technique » en anglais. Plus que de me lire la définition, elle m’a expliqué la notion par des exemples et des gestes. J’en ai retenu qu’il s’agit d’une masse de résidus d’énergie créée par des conflits et qui empêche les flux de circuler. Les « ridges » lui ont fait penser à la guerre, et à un autre concept, celui de « troisième partie », qu’elle m’a aussi expliqué en s’appuyant sur le Manuel des Scientologues. Dans cet ouvrage, la « troisième partie » est illustrée par un conflit entre une femme et un homme, instigué (à l’insu des deux) par la belle-mère dans le but que le couple se détruise de lui-même. De ce sujet, nous en sommes venus à aborder celui de la communication, centrale dans la pensée hubbardienne, qu’il a approfondie notamment dans Dianétique 55 !. En effet, la communication que nous échangeons quotidiennement est souvent loin d’être idéale, dans la mesure où, me disait mon interlocutrice, on ne s’écoute pas toujours, et surtout, on n’accuse jamais réception de ce que l’on a entendu. Enfin, je ne sais comment, nous avons digressé vers le sujet de la drogue et de l’usage adolescent de l’alcool, qui pourraient ne plus faire autant de ravages s’il n’y avait pas cette adversité contre les scientologues, regrettait-elle.

15h05. Je me suis remis à ma lecture. A ma surprise (une fois de plus), L. R. Hubbard n’aborde pas frontalement le sujet indiqué par le titre de la conférence, mais considère toujours d’autres voies pour y arriver. Autrement dit, si un lecteur lit une conférence telle que « Définitions de Dianétique, Scientologie et autres philosophies », il ne doit pas s’attendre à ce que l’auteur lui dise que « la Dianétique, par exemple, est… Z », mais plutôt à ce que « Z est la Dianétique ». D’un point de vue rhétorique, linguistique et sémantique, cette inversion explicative est particulièrement intéressante (d’autant, qu’il l’utilise assez souvent) et mériterait que l’on s’y attarde. […]

16h07. Il est l’heure pour moi de partir, bien que je n’aie pas fini de lire cette conférence, en raison d’une importante prise de notes. Mon hôte me paraissait satisfaite de mon travail. Je l’informais donc que je devrai reprendre ma lecture lors d’une prochaine visite, que nous fixions aux alentours du 15 septembre. Nous évoquions une dernière fois le problème du questionnaire, et en l’absence du responsable « légal », nous décidions d’éclaircir ce point par e-mails en attendant mon retour.