Archives du mot-clé prévention

Assurance antisecte

Assurance-antisecte

Surpris d’apprendre que les assurances craignent aussi les « sectes », je suis d’autant plus intéressé par cette découverte qu’elle m’interroge sur les sources de cette crainte, les références sur lesquelles se fonde leur connaissance du sujet, et l’usage qu’une entreprise de ce type peut faire de ce terme. En effet, d’une part la définition de « secte » est loin de faire consensus, au contraire des notions auxquelles l’adjectif « sectaire » est associé dans la phrase mise en image (anonymisée). Et d’autre part, la « secte » est la seule notion de cette même phrase à avoir une valeur extrêmement péjorative. En effet, si des associations revendiquaient volontiers d’avoir des « activités cultuelles, médicales, paramédicales ou politiques », j’imagine difficilement que d’autres s’annoncent comme ayant des « activités sectaires ». A moins que le fait d’avoir placé l’expression « activités sectaires » en tête de la liste adjectivale ne soit qu’une stratégie discursive pour prévenir toutes les associations qui feraient la promotion d' »activités cultuelles, médicales, paramédicales ou politiques » alors qu’elles ont été identifiées comme étant des « sectes », qu’elles ne sont pas les bienvenues… ?

Rudin (1984): « Women, Elderly, and Children in Religious Cults »

Référence : M. Rudin, « Women, Elderly, and Children in Religious Cults » in Cultic Studies Journal, vol.1, n°1, 1984, pp.8-26. Consultable sur le site de la revue Cultic Studies Journal.

Cet article est une compilation d’exactions perpétrées à l’encontre de femmes, de personnes âgées et d’enfants, dans plusieurs « sectes religieuses ». La méthode utilisée par l’auteure est le « recueil d’informations » par téléphone auprès d’ancien-ne-s membres et leurs proches, qu’elle considère être les « véritables ‘experts’ » des sectes. La méthode est pour le moins imprécise, et la qualité d’expertise attribuée aux interrogés reste à justifier. L’A. reconnaît qu’« il y a sans doute des femmes, des personnes âgées et des enfants heureux dans ces groupes. Mais nous ne pouvons pas ignorer à ce jour les milliers de récits d’abus dans les sectes de première main, et plus particulièrement le nombre croissant de témoignages horrifiants d’abus sur enfants » (1). S’il m’est avis que le nombre ne conditionne pas l’action (un seul « abus » devrait suffire à déclencher un recours), les « milliers » mériteraient une référence, à défaut de paraître fictifs. De plus, par rapport à ses propres entretiens, l’A. a mobilisé une très grande quantité d’articles journalistiques basant, au contraire de ce qu’elle a avancé, ses arguments sur une majorité de données de seconde main.

Nul besoin de rappeler toutes les exactions que des femmes, des personnes âgées et des enfants ont pu subir dans des « sectes religieuses », dont l’A. nous fait état. Nul besoin de terroriser quiconque à nouveau, quand près de quarante ans de controverse sur les sectes s’en sont déjà chargées et continuent de le faire. Mais si l’objectif de l’A. n’est pas seulement celui d’horrifier l’opinion publique et de dénoncer les « sectes » pour mieux les réprimer, M. Rudin entend « améliorer la vie des femmes, des personnes âgées et des enfants dans des sectes religieuses destructrices » (6) en impliquant autant d’acteurs que rassemblent les secteurs législatif, médical, éducatif et associatif, et propose de repenser la liberté de religion relativement aux lois civiles et criminelles américaines.

En tant que sociologue lisant une publication « scientifique », mon intérêt se porte sur la manière dont l’A. (n’) a (pas) traité les données présentées. Si le propos de l’article est particulièrement sérieux et difficile, l’analyse est inexistante et son absence constitue une limite cruelle à la compréhension du « phénomène sectaire » et à son éventuelle répression, sans parler de l’aide apportée aux victimes. C’est sans doute en prenant acte que de tels agissements existent aussi à l’extérieur des « sectes » (le mariage forcé, le viol, le proxénétisme ont aussi cours en d’autres contextes), et en s’obligeant à la comparaison, que l’A. aurait peut-être pu dégager les déterminants spécifiques aux « sectes », ou plutôt à certaines d’entre elles, qu’elle dénonce volontiers. L’A. aurait du s’interroger sur la fréquence des exactions – et les déterminants de cette fréquence – dans une même « secte », pour mettre au jour un comportement normé par les doctrines ou une déviance interne. Le premier mettrait en cause la « secte » en entier ou son fondateur, et l’autre, l’individu seul coupable.

Si l’enjeu de cet article est partiellement loupé, le texte reste intéressant en ce que l’A. dessine en creux le portrait type de l’adepte qui jouirait de tout – et des autres en particulier – : l’homme adulte. Un portrait – bien simpliste – de privilégié que l’on retrouve aisément en d’autres lieux que les « sectes ». Ce qui donne matière à penser ces dernières au prisme imbriqué du genre et de l’âge, ce que l’A. n’a vraisemblablement pas tenté de faire: les sectes seraient-elles des bastions masculins ?