Archives du mot-clé participant observation

RDV au Célébrity Centre et accès aux « cours » scientologues

Excepté ma courte visite annoncée le jour même fin juillet, je ne me suis pas rendu au Célébrity Centre (CC, « cici ») depuis le mois de janvier. Pour des raisons pratiques, et parce que l’on m’y avait invité, j’avais décidé à ce moment-là de travailler dans le bâtiment de la seconde « org » (église) parisienne. J’avais rendez-vous cet après-midi avec un ministre du culte et porte-parole de l’Eglise, le même qui m’avait reçu au démarrage de mes recherches. Il devait me remettre les derniers questionnaires de mon enquête sur le profil social et scientologue des membres du « staff » (administration) du CC. Cela faisait donc huit mois que nous n’avions pas pris le temps de nous entretenir de visu. Nous avons profité de ma venue pour une longue discussion.

Les thèmes que nous avons couverts ou seulement abordés en une heure et demie aujourd’hui sont aussi variés que : les lois d’association 1901, 1905 et leur dimension fiscale, la volonté de toutes « nouvelles religions »/« sectes » d’être reconnues comme « religions » ou autre chose, ce qui est religieux en scientologie, l’« audition », les « cours » et l’office dominical, le dernier colloque du CESNUR et de l’ICSA, les « raids » policiers et fiscaux, l’écriture, l’actualité et l’avenir proche de l’Eglise à Clearwater, les psychiatres et leurs enjeux financiers avec les « apostats », les politiques et leurs liens avec des industries pharmaceutiques, enfin, la dernière commission parlementaire sur les « sectes » et les difficultés que ce ministre du culte a rencontrées pour obtenir les mêmes conditions d’audition que ses opposants. Difficultés insolubles qui l’ont mené à organiser sa propre conférence, ouverte au public, à l’hôtel Lutetia.

Un sujet qui mérite développement, à ce jour et pour ce blog, est celui de mon éventuelle participation à l’une des activités toutes spécifiquement scientologues : les « cours ». Outre mon envie d’une analyse comparée de ceux-ci et des « Bible studies » (ou toute autre séance de lecture religieuse), la question au centre de la discussion concernait ma place et mon attitude pendant les cours.

Après avoir fini de lire les 18 volumes signés de L. R. Hubbard, j’envisage de répondre en toute honnêteté au « questionnaire de personnalité » et engager un parcours d’« étudiant » scientologue, dans les limites qui restent à préciser avec mes interlocuteurs principaux. Si être présent et participer me sont devenus évidents à force de pratique, pour le ministre, cela l’était moins. Observer un « cours » tout en étant extérieur – c’est-à-dire non-participant à l’activité attendue – peut déranger les « étudiants ». « L’Académie est un espace sacré », me dit-il, « Personne ne doit le perturber ». Pour connaître les autres règles qui structurent les « cours », il me renvoie au volumineux Qu’est-ce que la scientologie ?.

L’observation directe est « délicate » à mettre en place. Ma deuxième option serait alors de participer aux « cours » comme tout autre « étudiant » scientologue. Là encore, il y voit un hiatus. Une personne qui participe à un « cours » à l’Eglise « cherche une réponse à quelque chose de personnel, un problème particulier ou l’objet d’une recherche intérieure ». J’étais d’accord avec lui, et je me permettais d’ajouter que, par exemple, « j’ai aussi des problèmes ». L’un d’eux pourrait être le motif même d’accéder aux « cours ». Or un scientologue en devenir s’engage habituellement sans autre objectif que celui-ci. Ce n’est pas mon cas. Mon deuxième objectif – pour ne pas dire qu’il est premier – est de participer aux « cours » pour comprendre comment ils fonctionnent. Et pour être honnête et précis avec lui, j’ai ajouté deux choses. D’abord, « mon problème » devrait être considéré comme un « prétexte ». Ensuite, mon intérêt scientifique se porte plutôt sur les structures des « cours », ce qui s’y passe pour/entre les individus, plus que le contenu même du corpus soumis à l’« étudiant ». Nous étions d’accord sur le hiatus, sur mon double travail de chercheur et d’« étudiant » prétendument scientologue (et mon devoir de répondre aux consignes des deux), sur le fait que mon expérience ne peut être paradigmatique, qu’elle ne peut conduire à elle seule à des conclusions, contrairement à la comparaison d’expériences contextualisées de scientologues. Autrement dit, en adoptant cette approche, je ne peux pas espérer « retirer l’entier bénéfice de mon étude ». Mais si ça fonctionne, alors tant mieux !