Archives du mot-clé observation directe

RDV au Célébrity Centre et accès aux « cours » scientologues

Excepté ma courte visite annoncée le jour même fin juillet, je ne me suis pas rendu au Célébrity Centre (CC, « cici ») depuis le mois de janvier. Pour des raisons pratiques, et parce que l’on m’y avait invité, j’avais décidé à ce moment-là de travailler dans le bâtiment de la seconde « org » (église) parisienne. J’avais rendez-vous cet après-midi avec un ministre du culte et porte-parole de l’Eglise, le même qui m’avait reçu au démarrage de mes recherches. Il devait me remettre les derniers questionnaires de mon enquête sur le profil social et scientologue des membres du « staff » (administration) du CC. Cela faisait donc huit mois que nous n’avions pas pris le temps de nous entretenir de visu. Nous avons profité de ma venue pour une longue discussion.

Les thèmes que nous avons couverts ou seulement abordés en une heure et demie aujourd’hui sont aussi variés que : les lois d’association 1901, 1905 et leur dimension fiscale, la volonté de toutes « nouvelles religions »/« sectes » d’être reconnues comme « religions » ou autre chose, ce qui est religieux en scientologie, l’« audition », les « cours » et l’office dominical, le dernier colloque du CESNUR et de l’ICSA, les « raids » policiers et fiscaux, l’écriture, l’actualité et l’avenir proche de l’Eglise à Clearwater, les psychiatres et leurs enjeux financiers avec les « apostats », les politiques et leurs liens avec des industries pharmaceutiques, enfin, la dernière commission parlementaire sur les « sectes » et les difficultés que ce ministre du culte a rencontrées pour obtenir les mêmes conditions d’audition que ses opposants. Difficultés insolubles qui l’ont mené à organiser sa propre conférence, ouverte au public, à l’hôtel Lutetia.

Un sujet qui mérite développement, à ce jour et pour ce blog, est celui de mon éventuelle participation à l’une des activités toutes spécifiquement scientologues : les « cours ». Outre mon envie d’une analyse comparée de ceux-ci et des « Bible studies » (ou toute autre séance de lecture religieuse), la question au centre de la discussion concernait ma place et mon attitude pendant les cours.

Après avoir fini de lire les 18 volumes signés de L. R. Hubbard, j’envisage de répondre en toute honnêteté au « questionnaire de personnalité » et engager un parcours d’« étudiant » scientologue, dans les limites qui restent à préciser avec mes interlocuteurs principaux. Si être présent et participer me sont devenus évidents à force de pratique, pour le ministre, cela l’était moins. Observer un « cours » tout en étant extérieur – c’est-à-dire non-participant à l’activité attendue – peut déranger les « étudiants ». « L’Académie est un espace sacré », me dit-il, « Personne ne doit le perturber ». Pour connaître les autres règles qui structurent les « cours », il me renvoie au volumineux Qu’est-ce que la scientologie ?.

L’observation directe est « délicate » à mettre en place. Ma deuxième option serait alors de participer aux « cours » comme tout autre « étudiant » scientologue. Là encore, il y voit un hiatus. Une personne qui participe à un « cours » à l’Eglise « cherche une réponse à quelque chose de personnel, un problème particulier ou l’objet d’une recherche intérieure ». J’étais d’accord avec lui, et je me permettais d’ajouter que, par exemple, « j’ai aussi des problèmes ». L’un d’eux pourrait être le motif même d’accéder aux « cours ». Or un scientologue en devenir s’engage habituellement sans autre objectif que celui-ci. Ce n’est pas mon cas. Mon deuxième objectif – pour ne pas dire qu’il est premier – est de participer aux « cours » pour comprendre comment ils fonctionnent. Et pour être honnête et précis avec lui, j’ai ajouté deux choses. D’abord, « mon problème » devrait être considéré comme un « prétexte ». Ensuite, mon intérêt scientifique se porte plutôt sur les structures des « cours », ce qui s’y passe pour/entre les individus, plus que le contenu même du corpus soumis à l’« étudiant ». Nous étions d’accord sur le hiatus, sur mon double travail de chercheur et d’« étudiant » prétendument scientologue (et mon devoir de répondre aux consignes des deux), sur le fait que mon expérience ne peut être paradigmatique, qu’elle ne peut conduire à elle seule à des conclusions, contrairement à la comparaison d’expériences contextualisées de scientologues. Autrement dit, en adoptant cette approche, je ne peux pas espérer « retirer l’entier bénéfice de mon étude ». Mais si ça fonctionne, alors tant mieux !

Mon premier office dominical en Scientologie

Avant propos : Je tiens à préciser que les paroles du ministre notées entre guillemets dans ce récit d’expérience ont toute la faillibilité qu’une prise de notes in situ peut impliquer. Je suis évidemment le seul responsable de ce que j’ai entendu, et de ce que je retranscris ci-dessous.

18h02. Le ministre qui officie ce soir m’accompagne à la salle du culte. Salle polyvalente, elle reçoit en d’autres occasions des spectacles et concerts. J’ai d’ailleurs vu qu’il y avait un piano. Mais un « ambon » a été installé sur l’estrade et la croix au mur, signes que l’office religieux va avoir lieu. Quarante chaises ont été disposées, et sur chacune d’elle un livret. J’étais seul dans la salle quand nous sommes arrivés. Je me suis installé au dernier rang, sur la gauche, en entrant. En attendant que d’autres coreligionnaires nous rejoignent et que l’office commence, je m’intéressais au livret. De mémoire, on pouvait y trouver notamment le crédo scientologue, une biographie de R. L. Hubbard, l’explication des « huit dynamiques » et une prière conclusive. Des gens commençaient à arriver. Leur interaction me laissait penser qu’ils se connaissaient. A ma première surprise, contrairement à ce que l’aspect technologique de la Scientologie m’avait fait croire – la technologie étant souvent reléguée au domaine masculin –, le public était en majorité féminin. En outre, deuxième surprise, il était beaucoup plus jeune que je ne l’imaginais. Je ne suis pas expert en la matière, mais j’évaluerais l’âge moyen entre 30 et 35 ans. La plupart des gens semblait être déjà dans l’immeuble avant l’office, très peu portaient un manteau. Certains apportaient même une chaise avec eux. Nous étions une quarantaine de personnes au total.

18h15 environ, le ministre s’installe derrière l’ambon et prend la parole, devant une assemblée qui bavarde encore. Il nous demande de lire le credo avec lui. Ce que nous faisons, en nous munissant du livret pour la plupart. Puis, il nous annonce le thème de la journée : Interagir avec les bonnes personnes, savoir avec qui s’associer. Le ministre nous dit que cette question remonte loin dans le temps, les philosophes discutaient de qui il était bon ou mauvais de s’associer. En Scientologie, c’est un sujet dont on parle aussi, relativement à l’existence d’influences négatives. Le ministre poursuit le sermon et évoque la figure de Siddhârta, Bouddha, entre autres noms qu’il a portés, et son discours Dhammapada retranscrit, dont un verset en particulier. « Un ensemble de vers » définit le ministre, pour préciser que celui choisi pour ce soir concerne le fou : « celui qui est destructif ». Le verset du Dhammapada en question commence ainsi : « si quand il va il rencontre… ». Je n’ai pas pu noter la citation complète, mais je suppose qu’il est possible de retrouver ce verset facilement, plus tard.

Bref, « mieux vaut être seul que mal accompagné », traduit le ministre. « Il n’y a pas de compagnonage possible avec un fou. Un fou qui pense qu’il est fou, est sage ». Quelques personnes s’exclament d’un « ouah ! », à quoi le ministre répond : « ça ressemble à quelque chose qu’on connait » (insinuant sans doute la pensée de R. L. Hubbard). « Fou ou folle pour les femmes, pas de discrimination, c’est la parité ». Et le ministre reprend le fil directeur : « Un fou qui se pense sage est fou ». Silence d’une seconde, « si un fou s’associe à un sage, il ne comprend pas le Dhamma ». « Dhamma, c’est la connaissance » définit le ministre, « le premier mot pour la Scientologie » (je crois qu’il fait référence ici à ce que Scientologie signifie « la connaissance de la connaissance »), avant de préciser que Dhamma se dit aussi « Dharma ». Notion qui fit davantage sens pour l’assemblée, au son de plusieurs « ah ! » éloquents. « Le cueilleur connaît le goût de la soupe ». J’ai retenu que le dhamma, c’est comme la langue qui connaît la soupe, quand le cueilleur est le fou, mais je ne suis pas certain que ma transcription soit fidèle aux paroles du ministre. « Comment reconnaître un fou ? », question rhétorique : « C’est aux actions qu’on reconnaît un fou. Intéressant », « oui ! » répond la salle. Le rythme du sermon se fait plus rapide. J’en perds le fil directeur (il me faut repenser ma manière de prendre des notes… et surtout ne pas attendre pour les retranscrire…). J’attrape tout de même quelques bribes de phrase, qui à la relecture rendent peu compte de l’essentiel du sermon, c’est dommage… : « on a la volonté de tirer la couverture à soi », « s’associer avec des amis bons est excellent », « attentif », « il est possible qu’un homme excellent soit détesté ». La salle rigole. Il faut « séparer le bon grain de l’ivraie ». Le ministre se réfère alors à l’Evangile selon St Mathieu : « vous le connaissez par cœur ? », ironise-t-il. L’assemblée amusée répond d’un « non ». « Bien. Gardez-vous des faux prophètes… » commence-t-il. Le ministre poursuit donc la citation en question et précise que « brebis » est une image pour la gentillesse. Ce qui ne manque pas d’attendrir une femme de la salle… « Un arbre malade produit de mauvais fruits. Les bons arbres n’ont pas de mauvais fruits. Un mauvais fruit est coupé et jeté au feu… Attention, je n’incite pas au meurtre ! » précise-t-il, devant une assemblée qui reste enthousiaste. « C’était il y a 2000 ans. Et le problème n’est toujours pas résolu ». Il en vient à citer R. L. Hubbard (que mes notes ne rendent pas non plus avec la meilleure précision, mais je pourrai aussi retrouver cet extrait dans ses ouvrages ultérieurement) : « A leurs actions… à leurs actions vous les reconnaîtrez, vous saurez qu’ils sont de votre camp ou de quelqu’un d’autre ». Il répète la phrase. « Auditez-les, les criminels de la terre. Certains ne peuvent que nuire et détruire. Attention de bien les reconnaître. […] Hommes et femmes […] La terre sera un endroit merveilleux si on aide pour aider. Jugez les hommes, les femmes aussi, entre bons et mauvais », […] « contre nos buts et la Scientologie », […] « un monde où toute vie peut s’épanouir ». Le ministre interroge la salle : « Est-ce là de bons critères ? », « oui ! » répond-elle. « En Scientologie, on aide à devenir libre. Les fous ne peuvent pas le concevoir. Si on dit qu’on aide alors on est des escrocs, incapables d’aider ». C’était la fin du sermon. Il demande tout de même : « pas de question ? », « non ! ». A cette réponse, le ministre nous invite à lire la prière présentée en fin de livret. Debout, nous le faisons à haute voix. Après quoi, les gens ont rassemblé leurs affaires, plié la chaise qu’ils avaient apportée pour certains. Pendant ce temps, deux personnes ont pris l’initiative de ramasser les livrets laissés sur les chaises restantes. L’idée de demander à en garder un exemplaire m’est passée par la tête, mais je n’ai pas osé.

En fin de culte, le ministre m’a retrouvé. Je lui ai fait par de deux autres éléments qui m’ont surpris pendant la séance. La première relevait de l’interaction avec le public. Le sermon n’est pas qu’un discours récité et entendu, mais un dialogue entre le ministre et l’audience. Et plus encore, il articule sérieux et humour. On sent une certaine proximité entre le ministre et les membres de l’assemblée, ce qui permet cet échange et de rire. La deuxième surprise est d’ordre temporel : à mon sens, tout est passé si vite. Les gens sont à peine arrivés, qu’ils étaient déjà repartis. D’ailleurs, les trois minutes de discussion post-office avec le ministre ont suffi pour que la salle se vide. Il me semble que l’essentiel de l’office a duré quinze minutes. Par ailleurs, il me confirmait que des personnes étaient effectivement déjà dans l’immeuble avant de nous rejoindre, d’où leur tenue plus intérieure.

J’en profitais enfin pour lui demander s’il voulait bien que je récupère quelques prospectus, en particulier ceux que j’avais vus lorsqu’il m’avait présenté la fresque chronologique des publications et conférences de R. L. Hubbard, un jour précédent. Nous sommes donc montés à l’étage pour ce faire. Et quelques dix petites minutes plus tard, je prenais congé de mon hôte. Il devait être 18h40 environ quand je suis parti.