Archives du mot-clé genre

Manifestation « GoTopLess » à Paris

13h45 : Place de la Fontaine de St Michel. Accompagné de la pluie, j’ai retrouvé une vingtaine de raëliens rassemblés pour manifester dans les rues parisiennes, pour l’égalité juridique entre hommes et femmes à être « seins nus » dans l’espace public. Ils étaient trois fois moins que l’année passée, du fait que plusieurs autres manifestations avaient lieu en France, alors qu’en 2012, Paris était le lieu d’un rassemblement national. Il s’agissait de la sixième édition de cette manifestation « planétaire » organisée par l’association GoTopLess, soutenue par le Mouvement Raëlien. Quelques minutes avant le départ, je saluais et prenais des nouvelles des personnes que je connaissais, dont la moitié était venue à Paris spécialement pour l’évènement, et que je n’avais pas vues depuis un moment.

Les pancartes (grandes et moyennes) et les tracts se dispersaient entre les manifestants. J’ai pour ma part refusé d’en porter une et de « diffuser », pour ne pas prendre parti (j’ai soulagé quelqu’un du poids de son sac, à la place). Symboliquement, presque tous les hommes s’étaient vêtus de soutiens-gorges – roses, cette année –, soit par dessus leur sweat ou leur manteau, soit – comme les femmes – à même la peau. L’un d’eux portait une fausse paire de seins (aux tétons dissimulés par une croix de ruban adhésif rouge) sur son torse poilu ! Le slogan moteur de la manifestation (« Libérez vos seins, Libérez votre esprit, pour le Droits Humains ») ainsi que l’adresse du site internet de l’association étaient inscrits sur la poitrine de deux femmes (sur les cinq présentes). Une/deux personnes étaient chargées de prendre des photos. Enfin, à côté du cortège en préparation, deux policiers en motos étaient présents pour « notre protection ». Ils étaient aussi là pour faire respecter la loi, puisque les manifestants étaient interdits d’exposer leur poitrine nue sous peine d’écoper « d’une amende de 1500 euros et un an de prison », d’après l’organisatrice.

Alors que tout le monde finissait de se préparer et que les photographes commençaient à s’activer, je me suis attelé à relever les slogans inscrits sur les pancartes : « Où est-il marqué dans la constitution que montrer ses seins était interdit ? », « Equal Topless Rights for All or None », « Topless pour tous ou pour personne », « Egalité des droits à être topless », « Women’s Breasts = Weapons of Mass Nutruition », « Exhibition sexuelle à Paris : une femme qui allaite en public risque-t-elle la prison ? » [notes difficiles à relire, j’ai des doutes sur le verbe « risque »], « Egalité des sexes = amour », « Attention ! Attention ! Attention ! Torse nu à Paris, exhibition sexuelle pour les femmes et pour les hommes ». Et celui que j’ai trouvé le plus original (pas exclusivement lié au thème de la journée), m’a été montré par un manifestant. Le slogan disait : « Excusez-nous si on vous dérange mais on est en train de changer le monde ».

14h05. Des photos du cortège sont prises (je m’écarte, bien que je ne voyais pas de problème à être photographié). Après quoi, les hommes étaient invités à laisser quatre femmes entourer la pancarte la plus grande, et l’organisatrice tenir son discours d’ouverture. Je n’ai pas pris le temps de tout noter, mais le peu que j’ai recueilli dit ceci (en substance, non verbatim) : les organisateurs n’ont pas eu l’accord de la police (ou de la mairie ?) à être « seins nus », homme comme femme risque une amende et la prison (au Guide co-organisateur d’ajouter subrepticement et avec ironie : « c’est ça qu’on appelle l’égalité »). Les organisateurs étant responsables de tout « dérapage » des manifestants, il leur était demandé de rester vêtus. Montrer ses seins est une « exhibition sexuelle », mais « seules les femmes sont arrêtées », « encore aujourd’hui en Occident », comme si elles étaient des tentatrices sexuelles infaillibles et indéfectibles [mes termes], pourtant « les hommes sont capables de contrôler leur désir ». L’organisatrice citait les propos de l’ancien premier Ministre israëlien, Madame Golda Meir qui avait contredit, alors qu’il y avait eu une série de viols dans son pays, le principe de cloitrer les femmes chez elles sous prétexte qu’elles inciteraient les hommes à la débauche, en affirmant que ce sont « les hommes qui créent le problème, ce sont eux qui doivent rester à la maison » « Les hommes peuvent contrôler leurs hormones », [mes notes suivantes sont illisibles… les joies d’un terrain pluvieux !]… et c’est toujours mieux que « d’envoyer des gens à la guerre ». (Toujours en substance, non verbatim) : « cacher crée de l’obsession ». C’est une journée pour « toutes les femmes », pour faire « avancer l’humanité », pour que les « hommes respectent les femmes ».

14h15. La marche s’engage. Nous avons remonté le boulevard St Michel en direction du parc Luxembourg. L’un de nous remarquait qu’une valise avait été laissée derrière nous, mais apparemment « elle était là avant que l’on arrive ». Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que ça aurait pu être le fruit d’un geste malintentionné contre les raëliens ; les policiers semblaient ne pas avoir vu, ni s’inquiéter de l’objet. En route vers le parc du Luxembourg, les femmes ont été appelées à l’avant du cortège (sauf une, chargée de prendre des photos). Un raëlien a interpelé avec humour celui qui portait les faux seins : « [prénom], les femmes devant ! ». En marchant un Guide ironisait sur le fait que la manifestation ressemblait par son silence et le temps nuageux à une « marche funèbre » [comparativement à l’année dernière, où il faisait beau, il y avait de la musique et un porte-parole au micro]. Les tractes commencaient à être distribués aux passant-e-s et aux personnes installées aux terrasses de café, dont des anglophones (des tractes étaient prévus en anglais). Un homme s’est approché de nous par devant : «  vous êtes raêliens, ouh » dit-il en bougeant les mains pour montrer sa désapprobation ou son doute. « Et fière de l’être ! » lui répondait l’organisatrice. La marche a ensuite viré sur le boulevard St Germain : la police a arrêté la circulation et nous a fait passer sur la route en dehors du passage clouté. Une participante évoquait l’idée de ralentir le pas à ce moment-là, mais les manifestants étant peu nombreux, nous avons finalement bloqué la route que le temps du feu rouge. La marche continuait ponctuée par des traits d’humour. Le guide national a dit une blague sur du chocolat, mais étant de loin je n’ai entendu que ce mot et les rires des gens qui l’entouraient.

14h27. Au croisement du boulevard St Germain et de la rue de la Boutebrie, un raëlien (la cinquantaine, que je ne connaissais pas) a pris la parole au mégaphone. Il nous informait que la date de la manifestation GoTopLess a été choisie en mémoire du 26 août 1926, date à laquelle le droit de vote a été accordé aux femmes étatsuniennes, « égalité de genre obtenue et reconduite en 1971, en devenant la journée d’égalité pour les femmes », qui a toujours lieu le dimanche du ou avant le 26 août.  La manifestation GoTopLess est une « prolongation » de ce jour, pour que tous, homme et femme puissent être seins nus. Il ajoute que « le genre c’est la distinction entre les hommes et les femmes, qui n’a pas lieu d’être quand on est tous seins nus ». Un raëlien lui a répondu : « [son prénom] président ! ».

14h35. Alors que nous empruntions la rue Dante, l’organisatrice rappelait le motif de la manifestation et ajoutait « venez nous rejoindre si la cause vous parle, les femmes ». Elle évoquait les Droits de l’Homme : « pourquoi pas à Paris ? », « l’égalité dans le travail, la rue et le quotidien ». Le cortège a suivi, un peu défait à diffuser les tracts qui commençaient à prendre la pluie, ou à discuter en petits groupes conviviaux.

14h45. A l’approche de la Cathédrale de Notre Dame, une séance photo s’est imposée : « les filles devant », « les 400 ! » ironisait un raëlien. Le Guide qui co-organisait la manifestation a rappelé à ce moment-là qu’il n’y avait « pas d’arrêt devant la Cathédrale, le parvis, car c’est un territoire privé ». Alors que deux raëliens s’étaient détachés du cortège pour diffuser des tracts de l’autre côté du trottoir où les passants étaient plus nombreux (à la sortie des boutiques de souvenirs), la majorité s’avançait vers la Cathédrale et une nouvelle photo de groupe fut prise. L’un des deux qui s’étaient détachés est venu me voir et me dire : « un couple [d’hommes] pensait que c’était les cathos pour [sic] le mariage pour tous ! ». Le Guide coorganisateur proposait de diffuser les tractes pendant cinq minutes, avant de traverser le parvis. Le même raëlien qui s’était détaché demandait à l’organisatrice s’il pouvait diffuser sur le parvis, elle lui répondait par l’affirmative mais de ne « pas stationner ».

14h50. A la demande du Guide nous nous regroupions pour passer le parvis, « sans s’arrêter ». Je remarquais combien les tractes et pancartes étaient mouillées. Arrivés à la sortie du parvis, un policier (qui ne nous suivait pas) nous fit signe d’avancer plus vite. Cinq minutes après, un autre cortège, celui d’une marche chrétienne (traditionnaliste et royaliste, pour la fête de St Louis ?) regroupant une cinquantaine de personnes, chantant des louanges, et pour quatre hommes en tête, portant ce qui me semble être la représentation miniature d’un tombeau, passait dans le sens inverse devant le parvis de Notre Dame à leur tour. Les raëliens rassemblés sur le trottoir opposé, les observaient en silence, les pancartes élevées. Nous terminions notre marche sur la rue d’Arcole, où se situent des boutiques et restaurants très touristiques, où les passants auxquels offrir un tract étaient nombreux.

14h55. Au croisement de la rue d’Arcole et du Quai aux Fleurs, la manifestation prit fin. Le Guide félicitait les participants « sous la canicule ! », les « agents administratifs » et les « autres qui s’en fichent ». « On fait avancer les choses. Doucement, la prise de conscience se fait ». Le Guide national a pris ensuite la parole, pour féliciter également ses « frères », pour leur « dévouement », et « indirectement pour avoir diffusé le Message des Elohim », « Bravo à ceux venus de Bretagne, à [prénom de l’organisatrice] et merci aux policiers : quoi qu’ils pensent, on n’est pas anti-police », « Faîtes que la liberté, l’égalité et la fraternité soient dans la vie de tous les jours, une réalité », « Libérez vos seins, libérez votre esprit ! ». Enfin, l’organisatrice a remercié les personnes présentes et a souhaité nous retrouver l’année prochaine. Elle a évoqué les gens qui se sont rassemblés ailleurs sur la planète. Ces paroles de conclusion étant dites, les soutiens-gorges portés par les hommes ont été repris et rangés, les affiches plastiques défaites des panneaux en carton (mouillés) et les tractes (datés du jour et aussi trempés) jetés dans la poubelle. Alors que quelques uns se sont dirigés vers chez eux, une petite équipe est partie boire un chocolat chaud vers la Cathédrale. Et pour ma part, j’ai suivi quatre raëliens pour la direction opposée. Une fois que nous avons quitté les lieux, les deux policiers ont pu s’en aller aussi. Il était 15h05.

Le genre au coeur des résistances dans l’étude et la reconnaissance « religieuses » des « sectes »

Je recopie ici le résumé (paru ailleurs) de mon intervention à la journée « Doctoriales Genre », intitulée pour l’occasion « Le genre au cœur des résistances: L’avenir de transmission de luttes féministes ». Cet évènement eut lieu le 17 mai dernier, à l’Université Paris 8 Vincennes St Denis, à l’initiative de Marie-Dominique Garnier, professeure du Centre d’Études Féminines et d’Études de Genre.

Considérant les « sectes » comme éminemment queer (bizarres) dans le paysage religieux et scientifique, mon intervention vise à montrer comment le genre est un prisme à travers lequel on a pu confirmer la dialectique religion/secte.

Dans un premier temps, à défaut de pouvoir parler de « sectes au prisme du genre », mon travail a consisté en un état de la littérature scientifique sur « les femmes dans les nouvelles religions ». De celle-ci, deux thématiques ressortent en priorité : l’autorité et les ressources, auxquelles les femmes accèdent dans plusieurs d’entre-elles. En contre-point, d’autres (universitaires et une actrice de la lutte antisectes américaine) ont rappelé combien les femmes pouvaient être aussi l’objet de maltraitances en ces mouvements, qu’ils et elle préfèrent par conséquent nommer « sectes ».

Dans un deuxième temps, j’ai envisagé l’éventualité d’un antisectarisme au prisme des rapports sociaux de sexe, en France ; bien que la MIVILUDES et l’UNADFI ne s’intéressent pas aux femmes, du moins pas autant qu’aux « jeunes » et aux « personnes âgées », à moins d’être enceintes. Les organismes antisectes français ne s’intéressent pas non plus au genre. Ce que confirme le mutisme de la MIVILUDES en réponse à la lettre publique de Jean-Marc Nesme, mettant à l’index « la théorie du genre » comme « dérive sectaire ». Mais la présence de Caroline Fourest aux côtés de Georges Fenech sur le plateau de C dans l’air, donne à penser l’existence d’un antisectarisme féministe en France, qui rejoindrait les luttes féministes contre les fondamentalismes et intégrismes religieux.

Dans un troisième et dernier temps, j’ai présenté le déroulement de ma réflexion de thèse. Et relativement au thème de la journée doctorale, j’ai évoqué les orientations critiques de mes recherches, inévitablement inscrites au croisement de luttes.

Rudin (1984): « Women, Elderly, and Children in Religious Cults »

Référence : M. Rudin, « Women, Elderly, and Children in Religious Cults » in Cultic Studies Journal, vol.1, n°1, 1984, pp.8-26. Consultable sur le site de la revue Cultic Studies Journal.

Cet article est une compilation d’exactions perpétrées à l’encontre de femmes, de personnes âgées et d’enfants, dans plusieurs « sectes religieuses ». La méthode utilisée par l’auteure est le « recueil d’informations » par téléphone auprès d’ancien-ne-s membres et leurs proches, qu’elle considère être les « véritables ‘experts’ » des sectes. La méthode est pour le moins imprécise, et la qualité d’expertise attribuée aux interrogés reste à justifier. L’A. reconnaît qu’« il y a sans doute des femmes, des personnes âgées et des enfants heureux dans ces groupes. Mais nous ne pouvons pas ignorer à ce jour les milliers de récits d’abus dans les sectes de première main, et plus particulièrement le nombre croissant de témoignages horrifiants d’abus sur enfants » (1). S’il m’est avis que le nombre ne conditionne pas l’action (un seul « abus » devrait suffire à déclencher un recours), les « milliers » mériteraient une référence, à défaut de paraître fictifs. De plus, par rapport à ses propres entretiens, l’A. a mobilisé une très grande quantité d’articles journalistiques basant, au contraire de ce qu’elle a avancé, ses arguments sur une majorité de données de seconde main.

Nul besoin de rappeler toutes les exactions que des femmes, des personnes âgées et des enfants ont pu subir dans des « sectes religieuses », dont l’A. nous fait état. Nul besoin de terroriser quiconque à nouveau, quand près de quarante ans de controverse sur les sectes s’en sont déjà chargées et continuent de le faire. Mais si l’objectif de l’A. n’est pas seulement celui d’horrifier l’opinion publique et de dénoncer les « sectes » pour mieux les réprimer, M. Rudin entend « améliorer la vie des femmes, des personnes âgées et des enfants dans des sectes religieuses destructrices » (6) en impliquant autant d’acteurs que rassemblent les secteurs législatif, médical, éducatif et associatif, et propose de repenser la liberté de religion relativement aux lois civiles et criminelles américaines.

En tant que sociologue lisant une publication « scientifique », mon intérêt se porte sur la manière dont l’A. (n’) a (pas) traité les données présentées. Si le propos de l’article est particulièrement sérieux et difficile, l’analyse est inexistante et son absence constitue une limite cruelle à la compréhension du « phénomène sectaire » et à son éventuelle répression, sans parler de l’aide apportée aux victimes. C’est sans doute en prenant acte que de tels agissements existent aussi à l’extérieur des « sectes » (le mariage forcé, le viol, le proxénétisme ont aussi cours en d’autres contextes), et en s’obligeant à la comparaison, que l’A. aurait peut-être pu dégager les déterminants spécifiques aux « sectes », ou plutôt à certaines d’entre elles, qu’elle dénonce volontiers. L’A. aurait du s’interroger sur la fréquence des exactions – et les déterminants de cette fréquence – dans une même « secte », pour mettre au jour un comportement normé par les doctrines ou une déviance interne. Le premier mettrait en cause la « secte » en entier ou son fondateur, et l’autre, l’individu seul coupable.

Si l’enjeu de cet article est partiellement loupé, le texte reste intéressant en ce que l’A. dessine en creux le portrait type de l’adepte qui jouirait de tout – et des autres en particulier – : l’homme adulte. Un portrait – bien simpliste – de privilégié que l’on retrouve aisément en d’autres lieux que les « sectes ». Ce qui donne matière à penser ces dernières au prisme imbriqué du genre et de l’âge, ce que l’A. n’a vraisemblablement pas tenté de faire: les sectes seraient-elles des bastions masculins ?

Femmes, genre, NMR et sectes: Une bibliographie

Généralité/comparatisme :

  • A. A. Aidala, « Social Change, Gender Roles, and New Religious Movements » in Sociological Analysis, vol.46, n°3, 1985, pp.287-314.
  • C. L. Haywood, « The Authority and Empowerment of Women among Spiritualist Groups » in Journal for the Scientific Study of Religion, vol.22, 1983, pp.157-166.
  • J. L. Jacobs, « The Economy of Love in Religious Commitment: The Deconversion of Women from Nontraditional Religious Movements » in Journal for the Scientific Study of Religion, vol.23, 1984, pp.155-171.
  • J. L. Jacobs, « Gender and Power in New Religious Movements: A Feminist Discourse on the Scientific Study of Religion » in Religion, vol.21, n°4, 1991, pp.345-356.
  • S. J. Palmer, « Women’s « Cocoon Work » in New Religious Movements: Sexual Experimentation and Feminine Rites of Passage » in Journal for the Scientific Study of Religion, vol.32, n°4, 1993, pp.343-355.
  • S. J. Palmer, Moon Sisters, Krishna Mothers, Rajneesh Lovers: Women’s Roles in New Religions, Syracuse University Press, Syracuse, 1994, xx-287p.
  • E. Puttick, Women in New Religions: In Search of Community, Sexuality, and Spiritual Power, Macmillan, London, 1996.
  • E. Puttick, « Women in New Religious Movements » in B. Wilson & J. Cresswell (eds.), New Religious Movements: Challenge and Response, Routledge, Abington/New York, 1999, pp.143-162, et 2011, pp.117-162.
  • C. Wessinger, Women’s Leadership in Marginal Religions: Exploration Outside the Mainstream, University of Illinois Press, Urbana, 1993.

 

Brahma Kumaris:

  • L. A. Babb, « Indigenous Feminism in a Modern Hindu Sect » in Journal of Women in Culture and Society, vol.9, 1984, pp.399-416.
  • J. D. Howell, « Gender Role Experimenation in New Religious Movements: Clarification of the Brahma Kumari Case » in Journal for the Scientific Study of Religion, vol.37, n°3, 1998, pp.453-461.
  • V. Skultans, « The Brahma Kumaris and the Role of Women » in E. Puttick & P. B. Clarke (eds.), Women as Teachers and Disciples in Traditional and New Religions, Edwin Mellen Press, London/Lewinston, 1993, pp.47-62.

Davidiens:

  • W. L. J. Pitts, « Women Leaders in the Davidian and Branch Davidian Traditions » in Nova Religio, vol.12, n°4, 2009, pp.50-71.

La Famille/Enfants de Dieu:

  • G. Shepherd & G. Shepherd, « World Services in The Family International: The Administrative Organization of a Mature Religious Movement » in Nova Religio, vol.12, n°3, 2009, pp.5-39.

Mouvement Raëlien:

  • S. J. Palmer, « Woman as Playmate in the Raelian Movement: Power and Pantagamy in a New Religious Movement » in Syzygy: Journal of Alternative Religion and Culture, vol.1, 1992, pp.227-245;
    • 2ème édition : « Women in the Raelian Movement: New Religious Experiments in Gender and Authority » in J. Lewis (ed.), The Gods Have Landed: New Religions from Other Worlds, State University of New York Press, Albany, 1995, pp.105-136;
    • 3ème édition : « Playmates in the Raelian Movement » in Moon Sisters, Kirshna Mothers, Rajneesh Lovers: Women in New Religions, Syracuse University Press, Syracuse/New York, 1998, pp.157-187.
  • S. J. Palmer, « Sexy Angels for Amorous Aliens » in Aliens Adored: Raël’s UFO Religion, Rutgers University Press, Rutgers, 2004, pp.143-156.

Mouvement Rajneesh:

  • M. S. Goldman & L. Isaacson, « Enduring Affiliation and Gender Doctrine for Shiloh Sisters and Rajneesh Sannyasins » in Journal for the Scientific Study of Religion, vol.38, n°3, 1999, pp.411-422.
  • S. J. Palmer, « Rajneesh Women: Lovers and Leaders in a Utopian Commune » in S. J. Palmer & S. Arvind (eds.), The Rajneesh Papers: Studies in a New Religious Movement, Banarsi, Motilal Banarsidass, 1993, pp.103-135.
  • E. Puttick, « Sexuality, Gender and the Abuse of Power in the Master-Disciple Relationship: The Case of the Rajneesh Movement » in Journal of Contemporary Religion, vol.10, n°1, 1996, pp.29-40.

Radical Faeries:

  • J. Stover, « When Pan Met Wendy: Gendered Membership Debates Among the Radical Faeries » in Nova Religio: The Journal of Alternative and Emergent Religions, vol.11, n°4, 2008, pp.31-55.

Wicca/Witchcraft:

La question du genre étant particulièrement prégnante au sein de la Wicca/Witchcraft et de certains courants du Néopaganisme célébrant la Déesse avec emphase, qu’une bibliographie généraliste de ces « nouveaux mouvements religieux » (à venir sur ce blog) en rendra compte.

Brahma Kumaris: Une bibliographie « sciences religieuses »

  • L. A. Babb, « Indigenous Feminism in a Modern Hindu Sect » in Journal of Women in Culture and Society, vol.9, 1984, pp.399-416.
  • L. A. Babb, « The Brahmakumaris: History as movie » in Redemptive Encounters: Three Modern Styles in the Hindu Tradition, University of California Press, Berkeley, 1986, pp.110-155.
  • J. D. Howell, « Gender Role Experimentation in New Religious Movements: Clarification of the Brahma Kumari Case » in Journal for the Scientific Study of Religion, vol.37, n°3, 1998, pp.453-461.
  • J. D. Howell & P. J. Nelson, « Structural Adaptation and ‘Success’ in the Transplantation of an Asian New Religious Movement: The Brahma Kumaris in the Western World, Part. I » in Research in the Social Scientific Study of Religion, vol.8, 1999, pp.1-33.
  • J. D. Howell & P. J. Nelson, « Structural Adaptation and ‘Success’ in the Transplantation of an Asian New Religious Movement: The Brahma Kumaris in the Western World, Part. II » in Research in the Social Scientific Study of Religion, vol.9, 1999.
  • T. Ramsay, W. Smith et al., « Brahma Kumaris: Purity and the Globalization of Faith » in L. Manderson, W. Smith, et al. (eds.), Flows of Faith: Religious Reach and Community in Asia and the Pacific, Springer, London/New York, 2012, pp.51-70.
  • V. Skultans, « The Brahma Kumaris and the Role of Women » in E. Puttick & P. B. Clarke (eds.), Women as Teachers and Disciples in Traditional and New Religions, Edwin Mellen Press, London/Lewinston, 1993, pp.47-62.
  • J. Walliss, Brahma Kumaris As a Reflexive Tradition: Responding to Late Modernity, Motilal Banarsidass Publishers, 2007, 145 p.
  • F. Whaling, « The Brahma Kumaris » in Journal of Contemporary Religion, vol.10, n°1, 1995, pp.3-28.
  • F. Whaling, Understanding the Brahma Kumaris, Dunedin Academic Press, 2012, 160 p.