À propos

Ce carnet est dédié à ce que les chercheurs en sciences religieuses ont majoritairement nommé « nouveaux mouvements religieux », bien que la rigueur du concept soit toujours en discussion. « Sectes », « spiritualités », « nouvelles religions », « religions alternatives », « minorités religieuses » ou « spirituelles » sont autant de dénominations de mêmes objets, que les auteurs de ce carnet se donnent à étudier du point de vue des sciences sociales. Ce carnet est donc l’occasion de continuer à penser nos outils conceptuels et leur pertinence, pour mieux comprendre les « nouveaux faits religieux », ceux de l’après Seconde Guerre Mondiale plus en particulier, et leur inscription dans l’espace social.

La littérature de ce champ de recherche étant particulièrement riche et variée, le premier objectif de ce carnet est d’être un espace de ressources théoriques. Il vise à y faciliter l’accès par le biais de bibliographies, de comptes rendus de lecture et d’ »états de l’art ». Pour retrouver plus facilement une information, le blog est organisé en différents volets. Souhaitant rendre compte des divers points de vue sur un même groupe « religieux/spirituel/sectaire », les bibliographies séparent les références « scientifiques », « pro-« , « ex- et anti-« , et les filmographies.

Ce carnet a pour deuxième objectif d’être un espace de publication de travaux en cours. Il souhaite ainsi remplir une véritable fonction de carnet virtuel, où notes d’observations de terrain, extraits d’entretiens ou de corpus textuel, sonore ou filmique – dans le respect de conventions d’anonymat et de référencement – peuvent être exposés. Ces données sont mises en ligne à l’état brut ou déjà plus travaillé, couvrant volontairement un spectre de rédaction/lectorat très large. A ce titre, chaque article est soumis à discussion, tant que la perspective scientifique, objectivante ou dépassionnée, reste première. En ce sens et en premier lieu, ce carnet propose des extraits de la thèse menée par Guillaume Roucoux, sur la conversion au Mouvement Raëlien et à l’Eglise de Scientologie en France.

Par ailleurs, si à l’heure actuelle, ce projet n’est celui que d’une seule personne, il souhaite relier d’autres jeunes chercheuses et chercheurs qui s’inscrivent dans ce champ d’études. Dans un contexte marqué par une trop faible représentation des études sur les « nouveaux mouvements religieux »/ »sectes » à l’Université française, pour ne pas dire son inexistence en termes de séminaires spécialisés, sans occulter la dispersion des chercheuses et chercheurs confirmé-e-s en la matière, la génération actuellement en formation peut se retrouver isolée. L’accès à internet semble être une solution à ce problème.

Enfin, d’un point de vue juridique, seuls les auteurs sont responsables des propos qui sont les leurs. Ce carnet de recherche se réfère à la licence Creative Commons 2.0. Elle implique l’obligation de citer tout extrait de ce carnet (sans aucune modification), en mentionnant le nom et le prénom de l’auteur, l’URL de la page de référence et la date de consultation. Cette licence interdit aussi de faire un usage commercial des textes cités.

Mise à jour : 26/12/12.

2 réflexions au sujet de « À propos »

  1. Il est en effet important que les chercheurs s’intéressent aux nouveaux mouvements religieux, car par une étude objective, rationnelle et dépassionnée, ils permettront une meilleure information du public et des médias, loin des préjugés et des passions de ceux et celles qui n’ont qu’un crédo : distiller la haine envers des groupes et des personnes qui osent affirmer une différence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *